24-2012

29, 30 Juin
1er Juillet
soleilsoleilpluienuage

Fréquentation

100 000 festivaliers

Vendredi 29 juin
Gentleman – Dionysos – Hubert-Félix Thiéfaine – Shaka Ponk – Hanni El Khatib – Amadou & Mariam ft Bertrand Cantat – Sahab et le Kondodo Zaz – The Kooks – C2C – Los Disidentels Del Sucio Motel – Hank Williams III – Michael Kiwanuka – The Mars Volta – Factory Floor – Art District – Hollie Cook – Näo – Christine
Samedi 30 juin
Sallie Ford & The sound Outside – Mastodon – Dropkick Murphys – The Cure – Justice – Cerebral Ballzy – Thee Oh Sees – Miike Snow – Die Antwoord – Wiz Khalifa – Jesus Christ Fashion Barbe – Django Django – Electric Guest – Kavinsky – Kindness – Busy P – Sebastian – Skream & Benga – François & The Atlas Mountains – Hathors – Murkage – Marie Madeleine
Dimanche 1er juillet
1995 – Alabama Shakes – Jack White – Cypress Hill – Le Comte de Bouderbala – Refused – Charlie Winston – Orelsan – Carbon Airways – Set & Match – The Brian Jonestown Massacre – Lana Del Rey – Chinese Man – Miles Kane – Cie Transe Express – The Buttshakers – Reggie Watts – Poliça – Dope D.O.D

La totale

Champagne ! Les Eurocks affichent complet. Pour la première fois depuis 2008. La raison ? Elle est sans doute dans tous ces groupes à l’affiche. Alors on va tout voir !

Vendredi ! Gros riffs de Los Disidentes Des Sucio Motel (ce nom !). Déjà, on se met dans le flow d’Art District qu’on abandonne pour Hanni El Khatib, réincarnation de Presley corrigé par les Cramps. Sympa le reggae de Gentleman, rasta allemand sur la Grande scène mais il y a le metal country de Hank Williams troisième du nom. Et puis Hollie Cook, fille de Steve, funky but dub. Alors qu’Amadou & Mariam se paient un mercenaire de luxe en la personne de Bertrand Cantat. Belle leçon de Bird’n’Roll avec Dionysos. On cherche les percus de Sahab, mais on fond sur l’authentique voix soul de Michael Kiwanuka. Puis on partage : la moitié du show pop de The Kooks, l’autre avec le rock moderne de Não. The Mars Volta fait monter la pression psychédélique, qu’on délaisse pour la fin du récital de Thiéfaine. On enclenche la machine à danser C2C, un petit détour chez Christine et Factory Floor pour s’électrifier les tympans. Et Shaka Ponk nous achève, avec un passage euphorique de Cantat pour le final.

Samedi ! Pétillante, Sallie Ford réjouit avec son rock vintage. On se met à croire que Dieu est folk en découvrant Jesus Christ Fashion Barbe jouant sur l’eau du Malsaucy. François, lui, escalade les Atlas Moutains d’une pop éthérée. Décrassage d’esgourdes garanti avec Cerebral Ballzy, puis Mastodon, bulldozer lâché en Grande scène tandis que Django Django, plus pop, adoucit les mœurs. Mais la température monte : Thee Oh Sees, écorchés du bocal précèdent les punks suisses de Hathors, lauréats du prix Patricia Bonneteau, regrettée dénicheuse de talents partie festoyer avec Amy Winehouse. Les faiseurs de pop Electric Guest lancent une série ininterrompue de concerts sur la Plage à Pedro (aka Busy P). Va falloir jongler. On part danser le punk celtique des bondissants Dropkick Murphys sous les éclairs et le tonnerre qui gronde. Retour à La Plage où Kavinsky stoppe net. L’orage éclate, on coupe son et lumière et on se fait doucher proprement. Miike Snow prend le relais sur la Green Room et Murkage met le hip-hop à l’heure british. Kindness, Busy P, Sebastian et Skream & Benga ne joueront pas à La Plage. Un moindre mal, on était tout près de l’évacuation du site… The Cure s’installe dans une atmosphère d’après le déluge. Die Antwoord secoue les esprits avant de laisser place à Wiz Khalifa. Pour se sécher, on tente une prière chez Marie Madeleine, aussitôt exaucée par Justice, valeur sûre de l’electro.

Dimanche ! Pas fatigué, on la joue Set & Match, on rigole avec le Comte de Bouderbala, on danse « soul qui peut » chez Buttshakers, puis « hip-hop toute » avec 1995. On goûte au rock maudit de Brian Jonestown Massacre et au punk infernal de Refused. One man singer, Reggie Watts impressionne. Alabama Shakes joue un blues qui prend aux tripes, on traverse le site boueux pour admirer l’icône Lana Del Rey. Le vertige nous gagne avec Poliça tandis que Charlie Winston ramène sur terre. Chinese Man, eux, nous collerait au plafond s’il y en avait un. Puis Jack White donne une leçon de rock grand cru… Orelsan et Dope D.O.D jouent leur combat rap à distance. Miles Kane réconcilie avec le british rock. Cypress Hill fait le boulot. Les gamins de Carbon Airways nous accompagnent vers la sortie tandis que flottent dans la nuit, les acrobates de Transe Express… Génial. On comprend mieux pourquoi c’était complet.

Galerie 2012

La playlist de 2012